Un colloque d’Abidjan et ses Actes: Esthétique et éthique de la brièveté. Approches brachypoétiques

Un colloque d’Abidjan et ses Actes: Esthétique et éthique de la brièveté. Approches brachypoétiques

Le colloque organisé par Brachylogia-Côte d’Ivoire à la fin du mois d’août 2018 a été un succès certain et ses Actes ont été publiés en un temps record (janvier 2019), grâce à l’implication du coordonnateur de l’Afrique subsaharienne dans le conseil administratif de la Cireb, M. Moussa Coulibaly. Nous rappelons, ci-dessous, l’argumentaire du colloque et nous publions sa couverture à la Une:

Colloque international

Esthétique et éthique de la brièveté dans les créations contemporaines. Approches brachypoétiques

Université Félix Houphouët-Boigny (Brachylogia Côte d’Ivoire), août 2018

Appel à communication

Aujourd’hui, vu les constantes mutations opérées dans notre monde contemporain, il est d’un grand intérêt, comme le stipule Mansour M’henni, « d’approfondir l’analyse de la société (…) du point de vue qui nous [permet] de saisir les déterminants, les motivations et les implications » sous-jacentes à une nouvelle tendance privilégiant la structuration globale de ses composantes et de ses expressions autour de la petitesse. En effet, souligne-t-il encore, « les microstructures existent en nous et avec nous, nous interpellent et conversent avec nous ».

Ainsi, force est d’admettre désormais que ce qui relevait du genre mineur affublé d’une étiquette négative, revêt, en réalité, grâce peut-être à de nouvelles approches de la brièveté, une importance avec laquelle il faudra désormais compter pour comprendre notre monde moderne. Terme générique et flou, la brièveté a cependant une étroite parenté avec des notions voisines et pourrait être définie selon Alain Montandon comme une « attitude morale et art de vivre qui renonce aux digressions pour une concision qui est la marque d’une pensée ferme, établie, tranchante ». Ainsi «  ce qui s’énonce [ou se crée] brièvement peut être le fruit et la moisson de beaucoup de pensées longuement méditées ». On imagine alors l’importance de la brièveté dans toute démarche de création, tous domaines confondus.

De ce fait, la brièveté se concevrait comme une poétique, en droite ligne du concept de « brachypoétique » initié par M’henni, une façon d’être et de faire commandant l’économie de l’œuvre créée. On est ainsi dans la continuité de l’idée de manière telle que développée par Gérard Dessons à propos de la création artistique, en étroite articulation au volet éthique qui fait de la « manière brève » (G. Dessons) une logique intellectuelle et affective déterminant une façon d’être. Faire bref dans sa création, c’est donc faire montre d’une « attitude » créatrice de la pensée suggérant « une manière de vivre ». Partant donc de cette affirmation de Gérard Dessons, largement partagée à présent, que « notre époque nourrit un intérêt particulier pour la parole brève, qu’elle considère comme marque de la modernité », et dans la perspective de ce que M’henni appelle « la brachylogie générale » (deuxième volet de la Nouvelle Brachylogie, après la brachypoétique), nous pensons pouvoir inviter à prolonger la pensée et à approfondir l’analyse de cet aspect important de la modernité, à partir d’un corpus étendu à la littérature, à l’expression artistique (peinture, musique, architecture, numismatique, artisanat, industrie des nouveaux gadgets), aux sciences (toutes spécialités confondues), aux expressions numériques de la nouvelle technologie (depuis déjà le télégramme et la sténographie, jusqu’aux messages SMS, aux statuts sur facebook, aux clips, aux spots audiovisuels, aux discours publicitaires et journalistiques), etc.

Eu égard à toutes ces informations et ces pratiques en rapport avec la notion de la brièveté, il est établi clairement et incontestablement que nous appartenons visiblement à une ère de la brièveté généralisée qui ne dit pas son nom et dont il nous reste seulement à prendre conscience avec un sens de la cohérence dans la diversité, dit encore M. M’henni. D’où ce colloque international qui s’inscrit dans la pluridisciplinarité pour souligner autant que possible l’ampleur de l’imbrication de la notion de brièveté dans la manière d’être de la « nouvelle humanité », justifiant peut-être l’initiation, par M’henni, d’une nouvelle brachylogie à partir d’une relecture moderne de la pensée de Socrate. Le présent argumentaire du colloque nous semble porter déjà un ensemble de pistes de recherches ; mais celles-ci sont à prendre à titre de suggestions et n’excluant nullement d’autres axes envisagés tant qu’ils en rapport avec la problématique proposée.

PS: Trois vidéos de ce colloque sont sur ce site.

Partager sur les réseaux sociaux

Leave a comment