Brachylogie et Pensée de la minorité : le grand succès d’une première rencontre à distance

Brachylogie et Pensée de la minorité : le grand succès d’une première rencontre à distance

En partenariat avec les associations Brachylogia-Tn, QCA (Questions et Concepts d’Avenir) et ACAM (Association pour la Culture et les Arts Méditerranéens), ainsi qu’avec le département de français de l’ISSHT (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis – Université Tunis El Manar), l’Ureb (Unité de Recherche en Etudes Brachylogiques) a organisé à distance, le samedi 19 juin 2021, une journée d’étude autour de la question « Penser la minorité », une rencontre qui s’est avérée un grand succès bien qu’elle soit la première organisée totalement à distance.

Les participants (communicants et public), représentant six pays (Algérie, Côte d’Ivoire, France, Italie, Maroc, Tunisie) et des statuts variés (jeunes chercheurs, enseignants universitaires de différents grades, des maîtres-assistants aux professeurs émérites), ont suivi avec grand intérêt l’ensemble des communications et ont pris part aux débats par des questions profondes et des remarques enrichissantes, ouvrant la voie à d’autres manifestations sur la même problématique et sur celles y ayant trait directement ou indirectement.

Les sept communications ont été réparties en 3 séances, chacune suivie d’une discussion, modérées successivement par Pr. ém. Mansour M’henni, Mme Safa Chébil et Pr. Mohamed Chagraoui :

¤ JARRAHI Amal (Docteur. Brachylogia & Cireb & QCA) : La perfidie des mots dans Les Impatientes de Djaïli Amadou Amal

 ¤ CAZAUX Marion (Université de Pau et des pays de l’Adour) & Petit Dit Duhal Quentin (Université Paris-Nanterre) : Présentation de l’ARQ, collectif pour une histoire des arts féministe et queer

¤ DOUH Leila (Doctorante en langue et littératures françaises / Enseignante vacataire à la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba) : Le « frérisme » : une nouvelle dénomination d’une minorité marginale en Tunisie

¤ TERKI Nassima (University of M’hamed Bougara, Boumerdes, Algérie) : Rethinking the minority and Recognition through Poetry: LounesMatoub voicing Kabylia. Fromvictims to victorious (Repenser la minorité et la reconnaissance par la poésie : Lounes Matoub aux oreilles de la Kabylie. De victimes à vainqueurs)

¤ RHIMI Mohamed Lamine (Laboratoire Intersignes, Faculté des Sciences Humaines et sociales, Université de Tunis / Rattaché à la Faculté des Langues et de Traduction, Université Islamique Al-Imam Muhammad Ibn Saoud, Royaume d’Arabie Saoudite) : La pensée de la trace et la poétique de la mondialité d’Édouard Glissant : subsumer les langues minorées et les communautés dominées sous un équinoxe géoculturel

¤ SFAXI Hafedh (Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis) : Minorité comme articulation entre genre (les sexes) et les exualités (hétéro, homo, bi et trans).

¤ LAKHDAR Mohammed (Faculté Polydisciplinaire à Larache, Université Abdelmalek Essaâdi, Maroc) : Edmond Amran El Maleh : un écrivain à la croisée de deux littératures

Trois communicants initialement programmés n’ont pu se joindre à l’ensemble, qui pour des obligations professionnelles et qui pour des problèmes de santé. Mais leurs textes seront intégrés dans les Actes de la journée, dont la publication est annoncée pour le N°12 de la revue Conversations, en septembre 2021.

¤ BARHOUMI Dorra (Université de Kairouan – Faculté des Lettres et Sciences Humaines) : Les prostituées chez Zola et Maupassant : une affaire sociale ou un état d’âme ?

¤ BEN HENDA Badreddine (Université Tunis El Manar – ISSHT) : Minorité et majorité dans l’enseignement

¤ ERRICO Fabiana (Université de Naples Partyhenope – Italie) : La représentation du handicap dans l’écriture dramatique belge

 

La rencontre, qui a débuté par une ouverture officielle meublée de deux allocutions successivement de Mme Zouhour Ben Aziza (Directrice de l’Ureb) et Mme Safa Chébil (Directrice du département de français de l’ISSHT), a été clôturée par une synthèse proposée par Mme Ben Aziza et M. Mansour M’henni. Les points suivants ont été soulignés :

1 – Penser ou repenser la minorité nécessite de poser de nouveau la question de la définition de la notion et de la façon dont devrait être révisée son inscription sur l’échelle des valeurs ;

2 – Repenser la minorité c’est interroger l’interaction entre son expression littéraire et artistique et les incidences que cela aurait sur la perception sociale de la minorité en rapport à l’arrière-fond éthique qui présiderait à la pensée néo-humaniste ;

3 – En corollaire, sans doute conviendrait-il d’examiner le mode de complémentarité des actions scientifiques et de recherche avec les actions associatives, voire les actions culturelles, sociales et politiques.

4 – Il conviendrait sans doute de s’interroger également sur le discours identitariste des minorités et d’en évaluer les effets et les causes ;

5 – La notion glissantienne de la « poétique de la relation » a été évoquée à ce propos, à juste titre ; encore faut-il l’aborder ici du point de vue brachylogique (brachypoétique) pour la faire émerger avec des dimensions élargies au maximum de pluridisciplinarité et d’en dégager les ingrédients d’un nouvel humanisme (dans le champ de la brachylogie générale).

Au terme de ces travaux, une promesse ferme a été donnée de la publication, en septembre 2021, des Actes de cette journée dans le N° 12 de la revue Conversations. Un rappel a été fait également des prochaines activités dans le champ des recherches brachylogiques en 2021, soit :

La première Journée d’étude du séminaire « S’exprimer et créer en BCP » (entendez « S’exprimer et créer en bref, court et petit »), le 9 octobre 2021 à l’ISSHTunis.

Le colloque international de l’ISLA-Moknine sur « Le marginal : texte et contexte » (Moknine du 11 au 13 octobre 2021)

Le 4° Congrès Mondial de brachylogie à Abidjan (Côte d’Ivoire) du 19 au 22 octobre 2021, autour du thème : « La Brachylogie face au désastre ».

Pour les liens renvoyant aux argumentaires et aux conditions de participation à ces rencontres, se référer surtout aux sites :

https://brachycireb.com/

https://www.voixdavenir.com/

ainsi qu’au site : https://www.fabula.org/

 

Source: Compte rendu du service de communication de l’organisation.

Partager sur les réseaux sociaux
Tags

Leave a comment