A LA NAISSANCE DE L’UREB, conférence inaugurale

A LA NAISSANCE DE L’UREB, conférence inaugurale

1 – Introduction du concept et des problématiques rattachées :

La brachylogie : (Re)penser du nouveau sur une idée antique

 

La notion de « brachylogie », en tant que caractéristique discursive remonte aux philosophes présocratiques et aux Sophistes, dans une logique dialectique entre rhétorique et philosophie. Puis vint Socrate qui injecta dans la notion un souffle de nouveauté rapidement ressenti comme un danger menaçant la configuration établie pour la démocratie athénienne. Il laissa entendre, au moins par des insinuations évidentes dans ses conversations, que la brachylogie pouvait être une philosophie s’opposant à la rhétorique ainsi considérée, et qu’elle était, aussi bien par la brièveté discursive que par l’esprit de conversation qu’elle initie et renforce, la voie la plus sensée pour une démocratie véritable.

C’est ce noyau central de la pensée socratique qui a été réactivé récemment par le Professeur émérite Mansour M’HENNI (Université Tunis El Manar, Tunisie) et rehaussé au statut de concept, celui de la « Nouvelle Brachylogie », développé dans sa profondeur essentielle et dans ses ramifications pluridisciplinaires, considérées aussi bien du point de vue de la brachypoétique comme méthode d’approche (Premier volet de la nouvelle brachylogie) que du point de vue de la brachylogie générale comme une philosophie et une éthique (Deuxième volet de la nouvelle brachylogie[1]).

De ce point de vue, loin d’être une simple figure du discours comme la rhétorique a voulu qu’elle demeure, la brachylogie socratique, souvent représentée par la conversation ou le dialogue, se présenterait comme un mode d’interaction discursive qui traduit un état d’esprit, une éthique de l’interaction entre les hommes. Elle ne saurait se séparer de tout un paradigme que nous avons appris à

[1] M. M’henni appelle à un élargissement de perspective qui permet de passer à ce qu’on pourrait désigner d’une « brachypoétique » (centrée sur l’expression linguistique et esthétique), à ce qu’il conviendrait d’appeler « une brachylogie générale », intéressée aux manifestations et aux fonctionnements de la brachylogie dans les différents secteurs du savoir et de la pratique qui en découle, donc d’obédience pluridisciplinaire, mais fédératrice des dynamiques convergentes. Les deux volets constitueraient alors ce qu’il conviendrait d’appeler « La nouvelle brachylogie ». Voir son livre Le Retour de Socrate. Introduction à la Nouvelle Brachylogie, Tunis, éd. Brachylogia, 2015.

A LA NAISSANCE DE L’UR
En savoir plus
Partager sur les réseaux sociaux

Leave a comment